On l’appelle le Téléphone du vent, c’est une cabine avec à l’intérieur un vieux combiné noir. La cabine est située au milieu d’un immense jardin, sur les pentes abruptes du Mont Kujira-yama dans le Nord Est du Japon. Le téléphone à l’intérieur n’est branché à rien. Les gens y vont pour parler à leurs mort.e.s. Je crois en ces espaces hors du temps où peuvent communiquer morts et vivants. J’ai installé un téléphone du vent à la quasi-maison, en endroit magique en Corrèze.



Avec le soutien d’Hôtel Expérimenta.










Photos : Eléonore Berrubé